Sarah Short : Nos jeunes et l’entrepreneuriat

Sarah Short a pris la relève du Défi Entrepreneurship Jeunesse (DEJ) quand elle a commencé à travailler à Enterprise Greater Moncton (maintenant « 3+ Corporation ») en 2011. Elle a adoré la mission et, il y a trois ans, elle a décidé de le prendre et de l’organiser uniquement pour les jeunes.

Mischka : Vous m’avez déjà dit que nous pouvons utiliser l’entrepreneuriat pour autonomiser les jeunes. Pourquoi pensez-vous que c’est si important pour nos jeunes d’aujourd’hui?

Sarah : À cause de la façon dont notre société a évolué (malgré nos bonnes intentions), nos jeunes n’ont plus l’occasion d’explorer leur côté créatif. Notre économie, nos stratégies de croissance, nos méthodes que nous employons pour assurer la prospérité, elles sont toutes fondées sur le savoir. Il n’y a pas de système en place pour cultiver la créativité. Nous devons leur donner la chance d’explorer ce qui est possible, d’explorer leurs idées. Nous devons les autonomiser lors de ce processus.

 

« Tout commence par une idée. »

 

Mischka : Pourquoi êtes-vous si passionnée par l’autonomisation de nos jeunes?

Sarah : J’ai toujours eu de grandes idées folles et suffisamment de gens m’ont demandé : « Êtes-vous certaine? Voulez-vous vraiment faire ça? Est-il réaliste? Êtes-vous la bonne personne pour cela? » Et j’en ai eu marre. Je ne veux pas que nos jeunes aient, comme Natalie Davison l’a décrit, des « cicatrices créatives », de la honte de la créativité. Je veux qu’ils aient l’occasion, et qu’ils se permettent, d’explorer toutes leurs idées, de trouver ce qui marche et ce qui ne marche pas, d’échouer et de progresser.

Mischka : À quoi vous attendez-vous à créer avec le DEJ?

Sarah : Je voulais que le DEJ soit l’organisateur de ressources et de mentorat. Je ne voulais pas qu’on se concentre sur les experts d’un domaine particulier. Le but c’était d’autonomiser les jeunes, de créer une place pour eux, de les célébrer, de leur donner des outils qui les aideront à se développer et à explorer leurs idées et leur imagination. Mon espoir, c’était de stimuler leur créativité.

Mischka : Au gala cette année, vous avez annoncé que c’est votre dernière année. Comment vous sentez-vous en considérant tout ce que vous avez fait avec le DEJ?

Sarah : Ce sera toujours quelque chose qui me tient à cœur. Quand je pense au DEJ, je me sens fière. Nous avons fait du bon travail pour le Nouveau-Brunswick. Je pense que nous avons ouvert les portes à nos jeunes.

 

 Sarah au gala du DEJ 2018 et son équipe organisatrice.

Sarah au gala du DEJ 2018 et son équipe organisatrice.

Mischka : Qu’espérez-vous pour le DEJ à l’avenir?

Sarah : J’aimerais bien que les autres provinces participent au DEJ un jour. Le DEJ a vraiment pris son élan cette année, et je pense que cela va seulement progresser de plus en plus.

Mischka : Avez-vous un message pour nos jeunes?

Sarah : Je m’adresse à chaque enfant au Canada : votre voix est importante. Vous n’avez pas besoin d’attendre que quelqu’un fasse quelque chose pour toi, que quelqu’un vous dise que c’est une bonne idée ou que vous aurez de la chance. Allez-y. Essayez. N’ayez pas peur d’échouer. Cédez à la curiosité et à la créativité. Devenez les chefs de file de demain. Je crois en vous, nous croyons tous en vous.

 

Nous avons aimé voir la croissance du DEJ au cours des dernières années. Nous avons été inspirés des idées fantastiques des jeunes néo-brunswickois. Nous avons été remplis d’admiration quand nous avons écouté leurs plans pour sauver la planète, guérir l’environnement, lutter contre la pauvreté et plus. Sarah nous a montré que l’imagination de nos jeunes n’a pas de limite, et que, si nous les permettons, ils feront de ce monde un monde meilleur. Merci Sarah pour ces sept dernières années. Merci beaucoup.

 

Suivez-nous sur Facebook,  Instagram,  TwitterLinkedIn,  OU  inscrivez-vous à notre infolettre!